Venet à Versailles

du 01/06/2011 au 01/11/2011
Venet à Versailles
© Portrait de l'artiste, dans son atelier en 2011, avec quelques maquettes pour son installation au Château de Versailles © Philippe Chancel

L'EXPOSITION VUE PAR ...

Venet à Versailles

Château de Versailles

L'EXPOSITION VUE PAR...

... Bernar Venet

« Lorsque Jean-Jacques Aillagon m’a proposé d’investir le Château de Versailles, j’ai pris cette invitation comme une grande chance d’exposer mes sculptures, mais aussi ma conception de l’espace. Avant même qu’un programme d’exposition d’artistes contemporains n’existe à Versailles, c’est un lieu qui m’attirait beaucoup et bien avant l’exposition Jeff Koons, j’ai réalisé des photomontages de mes sculptures sur le site. Des projets que j’ai gardés secrets à côté d’un certain nombre de « vues idéales » de mon travail. Durant l’âge d’or de Versailles, on aurait appelé ces montages des « caprices », dans mon cas il s’agissait de « caprices » sculpturaux et non plus architecturaux.
Je vois dans Versailles des espaces ouverts et immenses, des perspectives à perte de vue. C’est à la fois le lieu idéal pour installer mes sculptures et un véritable challenge de se retrouver confronté à un paysage sublime et grandiose. Mes Arcs doivent s’y intégrer sans se perdre dans l’espace, pour cela de nombreux paramètres sont à prendre en considération, c’est pourquoi j’ai tenu à réaliser de nouvelles sculptures pour cette exposition, les adaptant à la topologie et à l’échelle du lieu.
Il était évident que je n’allais pas m’installer à l’intérieur du Château, mes sculptures ne s’y prêtent pas, alors qu’elles trouvent toute leur plénitude dans les allées des jardins de Le Notre. Je pense à ces levers et couchers de soleil dont la lumière dorée va mettre en valeur le rouge-brun de l’acier corten.
Les courbes de mes sculptures contrasteront avec la géométrie angulaire des jardins tandis qu’elles accompagneront les contours circulaires du bassin d’Apollon et du Grand Canal. »

Bernar Venet

... Jean-Jacques Aillagon

« En 2011, c’est donc Bernar Venet qui est l’invité du château de Versailles.
Il y succède à Takashi Murakami qui a, on le sait, suscité, en 2010, auprès d’un large public, un intêrét considérable.
En choisissant Bernar Venet, le château de Versailles souhaite mettre en valeur l’œuvre d’un artiste français dont le travail, intense et rigoureux, ne cesse de poser la question de la relation de l’art avec le paysage et l’architecture et donc également avec le temps et l’histoire. Par ailleurs et pour la première fois, l’Etablissement a fait le choix de présenter l’une des œuvres de l’exposition annuelle d’art contemporain dans le domaine de Marly dont il a désormais la responsabilité.
Tout cela me réjouit d’autant plus que j’ai pour Bernar Venet une ancienne et très amicale considération. C’est un artiste qui ne cesse de défricher sa propre oeuvre et qui, trait de caractère tout à fait remarquable, sait porter sur les oeuvres des autres artistes un regard attentif et pertinent. »

Jean-Jacques Aillagon
Ancien ministre
Président de l’Etablissement public du château,
du musée et du domaine national de Versailles


... Bernard Marcadé

« En 1961, lors de son service militaire à Tarascon, Bernar Venet réalise une performance où on le voit couché au milieu de détritus. C’est sa première œuvre revendiquée. Plus de 50 ans après cette action, l’artiste occupe la cour d’honneur et les jardins du château de Versailles, à l’aide de ses Arcs, de ses Lignes indéterminées et de ses Effondrements en acier Corten. L’ouvrage, réalisé à l’occasion de cet événement, retrace le parcours visuel d’un artiste protéiforme qui, de l’art conceptuel à l’art public, a fortement marqué le paysage esthétique contemporain, avec ses peintures, ses installations, ses performances, ses sculptures monumentales, mais aussi ses écrits.
Dans le catalogue publié à l’occasion de l’exposition, l’essai de l’artiste et critique d’art Brian O’Doherty s’attache à analyser la contribution de Bernar Venet aux grands questionnements de l’art et de la sculpture de notre temps. Au travers d’un récit étoilé et polyphonique, Bernard Marcadé met en perspective la figure singulière de l’artiste dont l’extrême rigueur n’exclut en aucune manière la liberté formelle. »

Bernard Marcadé
Commissaire de l’exposition

Accès M° :
RER Versailles Rive-Gauche (ligne C)
Adresse :
, 78008, Versailles, France
Téléphone :
+33 (0)1 30 83 78 00
Site Web :
www.chateauversailles.fr
Ouvert tous les jours (sauf lundi et certains jours fériés) de 9h à 18h30. Les châteaux du Grand et Petit Trianon sont ouverts t.l.j. de 12h à 18h30, du 1er mars au 31 octobre et de 12 h à 17h30 du 1er novembre au 31 mars, dernière admission 1/2 heure avant la fermeture.
Tarif :

Voir tous les commentaires

Fnac_expos_120.gif
BETA

Expositions Référencées

quoi quand ou
Français